lundi 10 juillet 2017

Seconde méditation d’après











Me voilà proie de la torpeur.
A trop nier les choses, elles te rattrapent.
Et la terre proteste.

J’assiste à cette somptueuse duperie.
Ils voudraient me faire croire à quoi ?
Candide, certes, mais pas tout à fait idiot.

A se moquer du monde, un jour il se retourne.
Et ça fait mal, un monde qui se retourne sans prévenir.


Jupiter peut toujours montrer les dents.
Il paraîtra toujours pour ce qu’il est : un troisième chimpanzé, avec l’avidité en plus.

Ce que l’homme sait faire de grand, si souvent occulté à l’ombre de ses mesquines accommodations.
Vivre debout n’est au fond que d’acquisition récente.
Tu n’as pas fini d’apprendre à te redresser, non pour dominer le monde, mais pour mieux le regarder au fond des yeux.

A l’ombre des idées toutes faites, tu perds ton âme.
Au grand soleil des amitiés et de l’amour, elle fond, elle se dilue.

Toujours il te faut te lever avant l’aube, goûter au silence solitaire.
Tu rêves, homme, tu sais qu’en cet instant saisi se concentre le vide.
Y nager te procure l’infime bonheur suffisant à compenser l’agitation mortifère.

Pour un moment calme, tu vendrais ton âme.

Elle ne te rapporterais rien, étant trop rebelle pour servir.


20 juin 2017


© Xavier Lainé, juillet 2017 - Et demain sera, extrait, tous droits de reproduction réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire