jeudi 13 juillet 2017

Cinquième méditation d’après








Suis allé tard écouter, sentir, voir.

Etrange sentiment de déjà vu, quelque chose qui se reproduit à l’insu des présents, des absents, des rebelles ou des rangés.

Ce qui relève de la domination sans cesse répétée.
Si tu es de la gouaille, que ta passion c’est l’acte politique pour celui-là, alors te voici en meneur.

Suis resté silencieux, attentif au spectacle offert.
Comment sortir de l’ornière du déjà vu, des habitudes ancrées ?


A toujours retomber du même côté, tant qui finissent en l’ornière !

J’aurais rêvé mieux.
J’aurais rêvé laisser à mes enfants, mes petits-enfants, autre chose que cette boue.

Me suis battu, mais il faut croire que la bête immonde du commerce et des finances eut meilleurs arguments.
Ils savent faire, vous carressent dans le sens du poil, vous mènent par le bout du nez des plus grossiers instincts.
Et ça marche.

Ça se met en marche.
Ça repeint les vieilles boiseries d’un semblant de jeunesse.
Ça fait semblant de s’intéresser à vous, mais c’est pour mieux vous engrosser par surprise.

Ils sont passés maîtres dans l’art du viol collectif.

Reste à souhaiter les voir compacter devant le tribunal de l’histoire.


23 juin 2017


© Xavier Lainé, juillet 2017 - Et demain sera, extrait, tous droits de reproduction réservé

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire