lundi 19 juin 2017

-Dit du 30 mai 2017-









Tristes mensonges
Etalés à la une

Pauvres vies écartelées
Entre pertes et profits


Tu erres entre deux épuisements
Tu cherches désespérément une ombre
Un zest de fraîcheur
Pour accueillir tes rêves

On te presse de tous côtés
Il faudrait travailler toujours plus
Sans relâche te remettre à l’ouvrage
Au risque d’épuisement


Lorsque tu fermes les yeux
C’est pour voir ton jardin idyllique
Quelque part niché
Entre deux cimes radieuses

Ce n’est qu’un rêve
Une destination jamais atteinte
Hors de ta maigre portée


Que croyais-tu gagner
A suivre les pentes obtues
D’un temps sans ambition

C’est ta vie que tu uses


© Xavier Lainé, juin 2017 - Où que tu tombes, extrait, tous droits de reproduction réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire