vendredi 16 juin 2017

-Dit du 27 mai 2017-









Une aube délicate se lève
Un peu partout sur ta ville
La nature reprend un instant
Ses droits 

Un concert salue le jour nouveau
Tes pensées voguent
Flottent entre deux brumes
D’un sommeil trop court
Toujours

Juste avant de reprendre la course
De croiser ici ou là
Les convaincus électoraux
Qui viendront vers toi
Tenteront de t’emporter
En leurs flots sans avenir


Tu ne sais pas
Tu ne sais que deviner
Que rien de définitif 
Ne peut s’affirmer de la sorte

Tu ne connais que tes doutes


Une pensée qui se fige entre deux couvertures
Même la meilleure
Ne peut être ferment d’avenir


C’est pourquoi chaque lendemain déchante


© Xavier Lainé, juin 2017 - Où que tu tombes, extrait, tous droits de reproduction réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire