jeudi 8 juin 2017

-Dit du 19 mai 2017-










Et si finalement, il n’y avait plus rien à dire Puisque plus rien à espérer vraiment Puisqu’à chaque fois les portes te claquent au nez Qu’ici et là se répandent rumeurs et commentaires acerbes
Si finalement tu devais rentrer ton insoumission dans ta poche Puisque rien à tirer rien à voir circulez dans ce moule rigide 
Finalement tu rentrerais chez toi Tu laisserais les autres aller au droit de leurs convictions puisqu’ils en ont Tandis que toi tu ne sais pas Tu ne sais plus depuis si longtemps
De quoi être convaincu lorsque tout toujours tourne au néant 

Tu entrouvres les lèvres
Tu attends qu’un son vienne
Tu t’étonnes de ne plus savoir
Très bien articuler 
Les mots qui soulèveraient 
Les montagnes

Depuis si longtemps tu es
Devant cette rupture
Cette fracture
Cette plaie béante
Jamais cicatrisée


Tu en fus
Des convaincus
Mais lorsque tu t’es heurté au mur
Nul n’est venu à ton secours

Qu’en avaient-ils à faire
Perdus en la lecture des mêmes dogmes

Incomparables paroles divines venues d’en haut


© Xavier Lainé, juin 2017 - Où que tu tombes, extrait, tous droits de reproduction réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire