mercredi 7 juin 2017

-Dit du 18 mai 2017-









Tant vont tes rêves d’infinies douceurs
Qu’entre n’importe quels bras tu en cherches l’humeur

Tant vont tes rêves d’amour
Que dans ta retenue tu sombres


Ici et là parfois se révèlent
Quelques soupçons de tendresse
Bienvenue en ce monde de brutes

Bienvenue en ce monde de brutes
Aveugle et sourd à chaque plainte


On te dit qu’il faudrait voir blanc
Où noir ne fait qu’amonceler ses nuées

On te dit que tes mots  ne trouveront place
Qu’à l’expresse condition d’en atténuer la déprime

Il te faudrait apprendre à écrire
Autre chose que mots posés
Sur les tyrannies du présent


Une vie durant tu as cherché des issues
Qui ne semblaient jamais aussi proches
Que lorsqu’elles s’éloignaient

Ce sont mirages dressés devant ton regard

Trop vite évanouis lorsque tes pas s’en approchent


© Xavier Lainé, juin 2017 - Où que tu tombes, extrait, tous droits de reproduction réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire