dimanche 4 juin 2017

-Dit des 14 & 15 mai 2017-









Si tu veilles c’est pour mieux rêver
Si tu rêves c’est pour mieux vivre

En quels soupçons s’en vont glissant
Les rêves déchus des rois du temps

Sur cette pente abrupte ils ne savent
Rien des plaies endurées en dessous


N’en ont cure
Ils ont leur train
Grand 

N’en ont cure
Leur en faut
Toujours plus

En dessous
Toujours moins


Quelles que soient tes pensées
Elles suffoquent


Un trait d’humanité
Viendrait au crépuscule
Dans une douce étreinte
Juste avant de sombrer


Quelque chose est vain


© Xavier Lainé, juin 2017 - Où que tu tombes, extrait, tous droits de reproduction réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire