vendredi 26 mai 2017

-Dit du 4 mai 2017-








Tu te vois furieux
Nausée au ventre
Rêvant d’une île
Où réfugier ta poésie

Mots inutiles désormais 
Puisque fureur tient lieu de pensée

De quoi faut-il encore parler en ce désert
De quoi faut-il nourrir la page
Que si peu viendront lire
Tout occupés qu’ils sont
A s’insulter sur la place publique


Tu assumes ton irresponsabilité
D’avoir écrit depuis si longtemps
En quelle pente dangereuse
Nous précipiteraient les vrais responsables
Celles et ceux qui depuis toujours
Jouent sur l’instrument de nos peurs
Une mélodie nauséeuse


Tu assumes
Tu regardes le ciel
Ses lourdes nuées
La pluie froide qui s’abat
Sur un printemps en deuil



Tu te caches pour pleurer


© Xavier Lainé, mai 2017 - Où que tu tombes, extrait, tous droits de reproduction réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire