mercredi 14 décembre 2016

A peine les mots







Pour Asli Erdogan et les embastillés de Turquie
Pour les enfants d’Alep, du Kurdistan, du Yémen
Pour chaque âme qui s’envole, fauchée ou otage d’un temps sans mémoire


A peine les mots
A peine
A la peine

Voudrais être du voyage
Savoir en être
Trouver le temps
Et encore les mots

Je ne peux quitter des yeux
La prison et pas si loin
Les bombes et le massacre

Tes mots
Posés dessus
Toi que je ne connais pas
Mise à l’ombre 
Au silence qui lentement se fend

A la peine sont mes mots
Qui ne trouveront jamais leur livre
Mais vont avec ardeur
Sauver les autres
De ce naufrage absurde
En marée sanglante

Mes mots rêvent
Que soient condamnés
Ceux qui condamnent les mots
Ceux qui les enferment
Les privent de ciel
Les assassinent

Ma plume s’active 
En l’encrier des larmes
Tant de visages derrière les barreaux
Tant d’autres éteints à jamais

Mes mots ne sont que goutte
En l’océan des espérances
Nous sommes si nombreux
A rêver d’autre chose
D’autre monde
Aux frontières abolies
D’autres rires
Qui ne seraient pas
Criblés de balles

Mes mots hésitent
N’attendent plus signe
D’un quelconque facteur
Ils volent
Lime à la main
Scient les barreaux
De toutes les prisons

A peine les mots
A peine
A la peine
Tant que dure les geôles
Tant que durent les génocides

Tant que mots seront condamnés
Pour avoir dit le sang versé



Manosque, 15 décembre 2016

(c) Xavier Lainé, décembre 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire