vendredi 4 novembre 2016

Etat chronique de poésie 2954





2954

Alors je me suis arrêté
J'ai laissé vierges les pages
N'ai plus donné moindre signe de vie
.
J'ai découvert ainsi
Qu'on pouvait rentrer en silence
Sans que nul n'en soit troublé
.
Quel intérêt d'ailleurs
A participer encore
A cette débauche
.
Insanités relayées
A l'infini des ondes
Pour dire ce qu'elles sont
Mais transmises quand même
.
Mots creux
Multipliés
Pour ne rien dire
De cet ignoble monde
.
Jusqu'à la nausée
M'en vais
Vomir chaque jour
Lorsque mes yeux parcourent
Les litanies imbéciles

*

N'ai plus rien à voir
Avec cet absurde débauche
.
Rien à dire
Qui ne coure le risque
D'ajouter à ce tsunami
D'idées suspectes
De tragiques méprises
De savantes démonstrations
Qui n'ont rien à voir
Avec un savoir établi
.
Nous touchons au pires bas-fonds
Plus rien ne tient
Puisque mots sonnent creux
Voire ne veulent plus rien dire
Vidés de tous leurs sens
.


23 septembre 2016

© Xavier Lainé, octobre 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire