mercredi 2 novembre 2016

Etat chronique de poésie 2952





2952

Juste avant d'éteindre les lumières
Et de fermer la porte derrière ces années mortes
.
Juste avant de passer
A d'autres histoires
D'autres rêves
D'autres mots
.
Tu fais le tri
Jette aux oubliettes
Les verbes creux
Les discours sans importance

*

Il y eut un rêve
Celui de voir se lever
Quelques aurores d'espérances
.
Il y eut un espoir
De nous voir debout
Bravant la tempête
De nos misérables reculs
.
Il n'en reste que si peu
Presque rien

*

Qu'il devient inutile de persister
A ouvrir un horizon poétique
Où nuées s'amoncellent
Sans qu'un râle ne monte
.
Seriez-vous déjà morts
Gens qui demeurez
Spectateurs de vos déroutes
Qu'il n'en serait autrement

*

Ouvrant la page un jour
Me disait que poésie saurait
Etre ce pansement
Sur nos plaies ouvertes
.
C'était il y a si longtemps
Que ne sait plus compter
Qu'en volumes alignés
Sur mes étagères d'oubli
Oeuvre posthume assumée
.


16 septembre 2016

© Xavier Lainé, octobre 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire