jeudi 6 octobre 2016

Etat chronique de poésie 2931





2931

Il faut toujours qu'un moment de quiétude
Soit gâché perdu floué
.
Que sais-tu de l'innocence
Puisque toujours tu en suis les méandres
Pour mieux mordre la poussière
Lorsque viennent les réalistes
Piétinant tes rêves

*

Coeur gros t'en reviens
Tu vois sous tes yeux
La vie lentement se détruire
.
Une génération pousse l'autre
Et ce sera bientôt ton tour

*

Comment vivre
Avec ce lot de violence
Que monde nourrit
.
Comment traverser serein
Le temps et ses échecs
Lorsque soir s'en vient
.
Comment penser encore
Qu'autre chose soit possible
Puisque chaque instant
Te plonge en cette absurdité

*

Tu rêves pourtant
Tu voudrais t'arrêter un peu
Faire un pas de côté
Trouver le chemin
D'une paix momentanée
.
Tu sais le provisoire
De tous les petits bonheurs
Tu les appelles à voix douce
Toujours ils te fuient
.
Te voilà sur le seuil
Le crépuscule tarde
Le jour tire à sa fin
Tu délivres ta mélopée
Pour ne plus rien attendre après
.


7 août 2016

© Xavier Lainé, août 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire