lundi 26 septembre 2016

Etat chronique de poésie 2921





2921

Lorsque tu te retournes
Sur le flot de tes pages
N'y découvres
Que laborieuse obstination
Qui ne fait pas œuvre
.
Tu donnes raison
Aux yeux inquisiteurs
Qui parlent de verbiage
Où ta volonté prétentieuse
Voudrait tisser ouvrage

*

Un jour vous ne viendrez plus
Las de passer
D'une page à l'autre
De vous perdre en ces méandres
Vous vous abstiendrez
Et vous aurez raison
.
Qu'ai-je à dire qui n'ait été dit
Quel rêve puis-je vous procurer
Qui n'ait déjà été

*

Je serai muet devant votre absence
Un peu meurtri
Un peu transi
De cette brutale solitude
Qui est le propre
D'un monde fini
.
L'histoire me contera
Les pas essoufflés
Sur les pentes raides
Les pieds hésitants
Au bord des gouffres
.
J'irai
Ma solitude en bandoulière
Quittant l'univers inhumain
Rêvant encore de ces vraies rencontres
Qui vous laissent réconciliés

*

Je serai le messager d'un autre temps
Mes mots couleront comme lave
Jusqu'à faire une île radieuse
.


25 juillet 2016

© Xavier Lainé, août 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire