dimanche 4 septembre 2016

Etat chronique de poésie 2914





2914

Parfois une fois pris un grand bol d'air
L'atterrissage se fait d'une violence inouïe
.
Violence toujours
Déclinée sous toutes ses formes
.
Violence de chaque jour
Egrenée entre les doigts
D'un pouvoir vendu

*

Qu'attendre donc
Puisqu'ils parlent de guerre
Déjà encore toujours
Perdue d'avance
.
Ils regardent le doigt
Ne voient pas la lune
Ils s'occupent des symptômes
Ne cherchent pas à guérir
Du mal qui couve
Qui simplement explose
Parfois en maigres éruptions
De temps en temps à grosses explosions

*

Temps irréel
Où l'on ne se parle plus
Sinon sous l'oeil attentif
De médias contrôlés
.
Ils te parlent de liberté
Te posent le corset
De tes finances épuisées
Tandis que les leurs
.
T'interdisent d'en parler
Non par le bâillon
Mais par la censure
Celle qui te pose barreaux
Devant les yeux

*

Quelque chose de corrompu
Quelque chose de perdu
.
Tu tentes un redressement
Ils te renvoient au sol
.


19 juillet 2016

© Xavier Lainé, juillet 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire