mercredi 17 août 2016

Etat chronique de poésie 2902





2902

Il ne restera rien
Car vous n'aurez rien entendu
.
Par vos actes les oiseaux mutiques
Attendront dans l'ombre
Que vos bruits et fureurs
Enfin se taisent
.
Il ne restera rien
Car vous n'aurez rien vu
.
Rien vu de ce sourire
Mort au combat d'un autre siècle
Puisque celui-ci n'offre
Qu'infinies régressions
.
Il ne restera rien
Car vous n'aurez rien senti
.
De ces fumées âcres
Que font les corps en tombant
Sous les coups implacables
D'un destin largement commandé
.
Vous n'aurez rien entendu
Rien vu ni rien senti
.
Car sourds et aveugles
Vous allez de votre pas sans âme
Vous survolez de vos pensées vides
Les territoires où nous sommes absents
.
Vous n'aurez rien compris
Rien
Puisque vous avez vocation
A mentir et tricher
Pervertir ce que vos mains
Manipulent au grand jour
Tandis que toutes et tous
Nous détournons notre regard

*

Quelque chose chaque jour
Se brise un peu plus
Qui nous laisse pantois
Devant l'aplomb de vos discours
.


27 juin 2016

© Xavier Lainé, juillet 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire