jeudi 4 août 2016

Etat chronique de poésie 2891





2891

Lorsque tu tiens le fil du poème
Celui de la vie se défile
Te file entre les doigts
.
Te voici mordant
A l'hameçon des mots
Rêvant au long de l'avenue
Où passent en courant
Les prisonniers du siècle

*

Tu tiens ta partition
En cherches la clef
Passe à la mesure suivante
Tes doigts gourds
Ne trouvent pas le rythme
Se perdent entre les notes
.
Triste t'en vas
Sur ton chemin de mots
Avide de musiques
Devenues inabordables
.
Une autre vie nécessaire
Si tu veux un jour atteindre
Ce paradis des notes
Demeurées en jachère
En celle-ci

*

Parvenu sur cette rive
Dont tu sais la limite proche
Tu tentes encore un peu
De transmettre cette foi
.
Nul besoin d'un dieu
Nul besoin de maîtres
A qui sait délivrer
Mots et notes de leur gangue
.
A qui sait prendre son bagage
Et suivre les sentiers du hasard
S'ouvre l'art d'aimer
Celui de chanter
.
Nomade des pages
Tu contemples la nuit
.


17 juin 2016

© Xavier Lainé, juin 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire