vendredi 29 juillet 2016

Etat chronique de poésie 2886




2886

Jour entre deux
Où vont tes rêves à la dérive
Ville piégée
En ses dortoirs sans vie
.
Que communiquer encore
Qui soit audible
A peuple captif

*

Le silence pour emblème
Tu vas par les rues
Soleil ardent sur crâne luisant
.
Une sueur glauque
Coule sur ton échine blasée
.
Les mains se tendent
De porte en porte
Réduites en indigence

*

Tu passes
Comme tant d'autres
.
Tu marmonnes un bonjour
Honteux de cette pandémie

*

Mais comment donc
Toi et les autres
Pouvez-vous tolérer
L'affront
.
Et même
Au secret d'un isoloir
Délivrer blanc-seing
A celles et ceux
Qui vous enfoncent

*

Tu voudrais savoir
Tu voudrais pouvoir
.
Tu rentres pensées lasses
Dans le concert strident
.
Cigales sont de retour
L'été sera de plomb
.


11 juin 2016

© Xavier Lainé, juin 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire