mercredi 27 juillet 2016

Etat chronique de poésie 2884






2884

Ne me reconnais pas
En poèmes édulcorés
En sourde évasion
De ce qui est
.
Quoi
Toujours il faudrait
Pour être poète
Se porter contempteur
Des jolies fleurettes
Des doux crépuscules
Des sublimes aurores
.
Le mot pour ne rien dire
Serait le sésame
De ce marché

*

N'ai rien à vendre
A l'étalage
Fut-il de poésie
.
Ma plume trempe
Au vitriol des mots usés
D'avoir trop dormi
Sur les trottoirs d'indifférence
.
Mots comme larmes
De rire ou de tristesse
Vont sur mes pages
En lentes inondations
.
Voudrais savoir
D'un mot un seul
Répandre amour et beauté
Mais toujours l'idée même
Résiste au flot de mes colères

*

Alors m'en vais
Sous vos quolibets
Assister muet
Au crépuscule de mes rêves
.
Rien ne trouvant grâce
A vos yeux consuméristes
M'en vais dormir d'un sommeil éternel
.


9 juin 2016

© Xavier Lainé, juin 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire