vendredi 22 juillet 2016

Etat chronique de poésie 2880





2880

Tu ne sais vivre que désespéré
Rien de léger qui sache
Alimenter tes heures
De quelque fraîcheur
.
Aux matins gris
T'en vas âme en écharpe
Larmes accordées au ciel

*

La rosée des délices
S'absente depuis trop longtemps
.
Fleurs fanées sur ton chemin
Laissent tomber leurs pétales
Au bitume détrempé

*

Tu rêves parfois
Boire en d'autres verres
La grâce d'un instant allégé
.
Tes tempêtes intérieures
Viennent en briser le cristal
Dans une cascade de cris
.
Que faire en ce monde
Qui puisse encore nous sauver
Tu ne sais

*

Tu vois venir les temps perdus
Au bord d'océans desséchés
Où iront errant tes descendants
En quête de ce rêve fou
.
Demeurer humain
Et grandir ainsi

*

Tu reviens sur tes pas
Contemple le désastre
Qu'en gestes désespérés
Tu aurais aimé éviter
.
Il te nargue du haut de ses dollars
De ses euros
De ses tiroirs caisses
De ses bourses inutiles
.


4 juin 2016

© Xavier Lainé, juin 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire