dimanche 17 juillet 2016

Etat chronique de poésie 2875





2875

Parfois t'en vas
Par delà la pente des rêves
Suivre tes muses
En leurs amusements
.
Au secret des clairières
Vous jouez
Oubliant tous tracas
Au fil des ondes claires

*

Ici on cogne
On ne sait faire que ça
.
Toutes violences bues
Voici les voies mutiques
Offertes en immondes soumissions

*

Alors tu vas
Par le chemin des rêves
Amorcer la source
Des nouvelles espérances
.
Un fragment de baiser
Posé à l'ombre du cœur
Tu ouvres la porte
Aux délicats songes
Déposés sur tes lèvres
.
Un jour ou l'autre
C'est la vie qui triomphe
Où les hommes perdus
Ont semé la discorde

*

Le crépuscule tarde
La terre ferme les yeux
Sous petite pluie d'orage
.
Que sommes-nous
En nos attentes
Sinon humains inassouvis
.
Tu vas en ta soif
D'amour éternel
Semer sur les rives guerrières
Petits mots de paix
.


30 mai 2016

© Xavier Lainé, juin 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire