lundi 4 juillet 2016

Etat chronique de poésie 2871





2871

Derrière mes vitres
Je regardais votre impatience
Votre hâte et votre gourmandise
.
Il vous fallait de l'essence
Et du gasoil encore
Toujours plus

*

Vous perdiez raison
En cette frénésie
.
Le monde à votre botte
Que vous importe
Le ciel obscurci
Que vous importe
Les dérives du climat

*

Il vous faut toujours plus
Regardant d'un air dédaigneux
Les résistants de dernière heure
Qui s'en vont verrouillant les pompes
De vos consuméristes pensées

*

Vous râlez et pestez
Lorsque vous voici atteints
.
Impossible mesure
En vos esprits engourdis
Du sort qui viendra
Emporter sous huissier
Votre belle voiture
Et vos bidons devenus inutiles

*

Impossible mesure
En vos esprits égarés
De ce qui se trame en haut lieu
.
Rentrés chez vous
Devant vos médias aseptisés
Vous gobez sans amour propre
Les discours creux
Les petits coups de menton
D'un ministre teigneux
Devenu malade
De son propre pouvoir
.


26 mai 2016

© Xavier Lainé, juin 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire