dimanche 3 juillet 2016

Etat chronique de poésie 2870





2870

Ainsi en va-t-il de l'absurde
Qu'il vient comme tempête
Emporter les esprits avisés
.
Et vous faites la queue
Vous remplissez vos jerricans
Vos réservoirs
Vous avez soif d'essence
Lorsque vos sens se dessèchent
.
Ainsi en va-t-il de l'absurde
Qu'il vient comme tempête
Emporter les esprits avisés
.
Sous haute protection
Vous assiégez les pompes
Vous jouez de la gâchette
Pour abreuver vos véhicules
Sans une pensée raisonnable
Pour celles et ceux demeurés
Calmes en cette agitation féroce

*

Demain vous irez dépités
Une fois bu votre esclavage
Jusqu'à la lie
.
A trop regarder
Ceux qui vous défendent
Contre vos propres folies
Comme ennemis de vos conforts
Vous irez en vaincus
Pleurer devant les grilles
Où les princes de ce temps
Comptent en monnaies trébuchantes
Les dividendes de vos soumissions

*

Dès lors en pauvre pays meurtri
M'en vais d'un pas sans allégresse
Arpenter les boulevards d'infamies
.
Dès lors en terre sans histoire
Une fois effacée la mémoire
M'en vais déposer gerbes
Sur la tombe des espoirs
Trop longtemps déçus
.


25 mai 2016

© Xavier Lainé, juin 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire