mercredi 29 juin 2016

Etat chronique de poésie 2866





2866

Alors
Désespéré
Tu es parti
.
Claquée la porte
Au nez des pensées mortes
Des vaines querelles
Des amours défuntes

*

Tu regardais le monde
Avec la circonspection
D'un homme parvenu
En l'âge respectable
Où plus rien ne surprend
.
Tu sais désormais
Qu'il te restera moins à vivre
Que le déjà vécu
.
Tu pars donc à la dérive
De tes sentiments
Avant qu'ils ne s'éteignent
Assassinés
Sous le couperet du temps

*

Alors
Désespérant
Tu te cramponnes
A ce qui reste
.
Une rose fanée
Quelques épines
Au creux des mains
Des douleurs
Tout au long des pensées
.
A cet univers glauque
Tu voudrais offrir
Le beau sourire d'une jeunesse
Manifestant au soleil
Et son rire éclatant
Tourné vers un avenir
Balisé de maréchaussée
Qui ouvre la route
Où elle souhaite la liberté
.


19 mai 2016

© Xavier Lainé, mai 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire