vendredi 24 juin 2016

Etat chronique de poésie 2862





2862

J'ai bu à petite gorgée
Le suc délicieux d'un doux printemps
.
D'un pas alerte
J'ai franchi toutes les barrières
.
Les corolles ouvertes
Offraient leur frais sourire
Aux aubes délicates

*

Fuyant les rumeurs du monde
Ses colères incessantes
Tu cherche tendre refuge
En ce nu instant
Où vont les âmes naïves
.
Fraîche impudeur
Délaissée aux rayons ardents
Tu vas de tes rondeurs
Imprimer en la pupille passante
Le rêve jamais assouvi
.
Ainsi va ce monde
Qu'il te faut le quitter
Pour vivre

*

J'ai franchi les parapets du temps
J'ai lentement dépouillé la rose
De ses derniers remparts
.
Elle déchirait à griffes déployées
La candeur de l'instant
La saveur du printemps
.
Puis attendait d'un sourire
Le mot doux déposé
Entre ses lèvres assoiffées

*

Eros passait
D'un soupir contemplait
Les corps endormis
Aux bras de la luxure
.
D'un souffle réanimait
Les âmes ébranlées
.


15 mai 2016

© Xavier Lainé, mai 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire