lundi 20 juin 2016

Etat chronique de poésie 2858





2858

Alors j'irai à Kashan
Cueillir la plus belle des roses
En offrir le parfum
Aux amis de passage
.
Comme pétales
Iront mes mots
Sous les atours d'un chant
Venu d'autrefois
.
Au jardin des roses
Cheminerai aux côtés
Des amis oubliés
Saadi ou Khayyam
.
Ma voix suivra les sentiers
De l'amour roi
Au pays des faux prophètes
Des vrais philosophes

*

Où iraient mes pas
S'ils n'étaient entravés
.
Ils ne le sont pas
Ils sont seulement plombés
.
Si lourdes sont
Les responsabilités
Si lourd le besoin
D'être rassuré

*

Que ne sais en monde
Désormais déficient
Pliant sous le joug
Des vertus totalitaires
Où la richesse se vautre
Vers où pointer mon regard
.
Voudrais savoir descendre
En la rue pavée
Tenir dans mes mains
L'aveu de mes faiblesses
.
J'ai perdu la foi
Sur le mur des absurdités
.


10 mai 2016

© Xavier Lainé, mai 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire