jeudi 16 juin 2016

Etat chronique de poésie 2855





2855

C'est tout le bénéfice des rêves
Ils autorisent ce que le vrai ne permet
.
Ainsi vont les mots
Qu'ils peuvent te suivre en tous lieux
Se glisser comme ombre
Au lit intime où se logent les désirs
.
Ils savent se faire sensuelle caresse
Lorsqu'éloignée tu demeures
Ils se glissent entre tes draps
Dans une étreinte tendre
Sans rien consommer du plaisir d'attendre
.
Ils apprennent la patience
Où la hâte tuerait tout élan

*

Les baisers de l'absence sont brûlants
Ceux du silence embrasent les pensées
.
Que serions nous
Si au crépuscule
Ne savions disposer de nos rêves
.
Ils viennent
Nous emportent
Ils guident la nuit
En méandres d'infinies tendresses
.
Lorsque les doigts défont
Les voiles apprêtées
Que sous la lune apparaît
La peau des désirs
Le monde peut bien
Être ce qu'il est

*

Dès lors
Le corsage des rêves défait
Dans une complicité d'étoile
Tu apparais
Déesse de la nuit
.
Les doigts se font agiles
Décryptent les attentes
Ecrivent un peau aime
.


5-6 mai 2016

© Xavier Lainé, mai 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire