mardi 7 juin 2016

Etat chronique de poésie 2847





2847

Où irons-nous
Si tout sans cesse
Nous nie
.
Que ferons-nous
Des bribes de savoir
Soigneusement accumulées
.
N'y aurait donc
Que désert
En lieu et place
Où passent leurs appétits
.
Hommes grossiers
Au groin velu
Qui bavez
Sur nos maigres fortunes
Passez donc enfin
Votre chemin de fiel

*

Nos espoirs valent bien
Vos grossiers appétits
.
Nous sommes de cette engeance
Qui hante vos dîners
.
Nous avons
Tant à bâtir
Une fois votre rôle
Consommé

*

Nous sommes là
Mauvaise conscience plantée
Aux circonvolutions stupides
Où errent vos profits
.
Nos vies valent bien plus
Que vos dividendes
Vos fonds de tension
Vos retraites parachutes
.
Nous avons pour nous la sagesse
D'une patience infinie
Puisque depuis toujours
Vous prétendez au triomphe
.


29 avril 2016

© Xavier Lainé, mai 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire