lundi 6 juin 2016

Etat chronique de poésie 2846





2846

Lisais au gris du ciel
Toute la difficulté d'espérer
Lorsque tout se délite
.
Il n'est nullement obligé
D'y consentir
.
Pourtant nous
Je tu il
Le faisons

*

Le vase des rêves brisé
Les monarques vont de leur noble pas
Fermer la grille des prisons
Où à ciel couvert croupissent
Leurs esclaves
.
Ils ont la certitude
D'être les sentinelles
D'un monde clôt
Où se tripatouillent
Leurs indignes affaires
A l'insu
.
Que révolte couve
Ils n'en ont cure

*

Iront donc les cortèges
En ce long mois de mars
Qui empiète sur avril
.
Peu à peu convergent
Sous l'oeil amusé des suppôts

*

Ici tout ne fait toujours
Que commencer
Puisque jamais ne s'arrête
La longue marche
.
Peut-être un jour
Saurons-nous vivre debout

*

Alors d'un soupir
Nous renverrons les pantins
A leurs rêves de possessions infinies
.


28 avril 2016

© Xavier Lainé, mai 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire