dimanche 29 mai 2016

Etat chronique de poésie 2839





2839

Puis passer une journée sans un mot
Sans l'embryon d'un moment
Où laisser s'épanouir
Petite faille pour les pensées

*

En méditerranée on meurt
Croyez-vous que ça indignerait
Les foules en délire
.
Point
.
Rien
.
Ici on peut vous écraser
Sans l'ombre d'une indignation

*

En cette ignominieuse époque
Les valets vont s'épandre
Comme lisier sur les terres incultes
.
La récolte sera insipide
Soyez-en certains
Que leur importe
Que peuples crèvent
Qu'amour s'étiole
Au gibet de mauvaise vie
.
Rien
.
Point

*

Alors m'en vais dormir
Colère en l'esprit
De ne savoir aller
Au devant de vos frêles esquifs
Vous qui fuyez
L'ignominie de ce monde
.
M'en vais tenter encore
Quelque rêve sans fortune
Pour ouvrir les portes
De mon crépuscule
A vos âmes meurtries
Leur ouvrirai les bras
Pour un ultime sommeil
.


21 avril 2016

© Xavier Lainé, mai 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire