vendredi 20 mai 2016

Etat chronique de poésie 2832





2832

Ou plutôt tes yeux harcelés
Ne distinguent plus rien

*

De pages en notes
Jusqu'à décrocher la lune
Pour faire de vos jours
Des nuits plus belles
.
Un escalier de mot
Sous tes pieds amoureux
Nous mènera aux cieux
Où patientent nos rêves
.
Nous y vivrons debout
Dansant sur cette ivresse
Où libres vont s'aimant
Les gestes d'avenir

*

Tes yeux harcelés
Ne distinguent plus rien
Ils se plissent sous les fumées
Tentent de s'attacher
Au détail d'un visage
S'accrochent comme ils peuvent
Au ruisseau des larmes
Puis s'en vont se fermer
Au crépuscule des rencontres
.
Tes yeux plissés pour voir
Tu avances en ce brouillard épais
Debout bien sûr
Bien qu'un peu hésitant
Tu sais la force des soupirs
L'intensité des attentes
Coeur blessé
Penché sur les détresses
.
Tes yeux se font phare
Au séjour muet des amours
Ils s'aventurent au secret
Lisent dans l'invisible
La chanson douce
Des âmes en incandescence
.
Puis se voilent de soupçons
.


13 avril 2016

© Xavier Lainé, avril 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire