vendredi 13 mai 2016

Etat chronique de poésie 2826





2826

Il te faut t'habituer
A l'absence
Au secret
.
L'homme vieillissant
Rumine ses mots en dedans

*

Vous aurais-je dit
Ce flot continu
Qui dans ma tête
Fait grand tumulte
Ne me laisse jamais en repos
.
La page est trop étroite
Il me faut écrire sur les nappes
Noircir celles
De multiples carnets
.
Jamais ne s'étanche
Ma soif

*

Un mot en pousse un autre
Sur le tapis volant
D'une vie sans relief
.
Comme sont à plaindre
Les mutilés de la langue
Qui ne savent la jouissance
De mots longuement cuisinés
Au laboratoire des rêves

*

Nous irons en ce concert
Où se mêlent voix divergentes
Esprits convergents
Mais jamais vraiment en accord
.
Nous inventerons le concerto
Des mots imprononçables
D'être restés trop longtemps
Murés en nos silences
.
Le poème neuf jaillira
De cet élan créateur
Qui dira la légende
Qui dira la longue marche
.


7 avril 2016

© Xavier Lainé, avril 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire