jeudi 5 mai 2016

Etat chronique de poésie 2819





2819

Tant de bruit pour rien
Tant de gesticulations
D'énergie dépensée en vain
Pour rien
.
Rien
.
Ainsi vont les insignifiants
Qu'ils brassent beaucoup d'air
Puis rentrent piteux chez eux
Vaincus d'avance à défaut
D'avoir pensé
.
Rien
.
Et le bruit de ce rien
A quelque chose d'obsédant
Lorsque vont aux trottoirs froids
Tant de vies défaites

*

Aux douces nuées
Offre ta part de rêves
.
Dans un instant ils iront marcher
Les porteurs d'espoir
Ils iront par les rues
Clamer leur colère
Clamer leur désir
.
Il ne suffit pas de rejeter ce monde
Il te faut contribuer à un autre
Plus conforme à tes utopies
.
Le mur était bien construit
Si longtemps ton front saignant de s'y cogner
Tu allais échine courbée
D'avoir perdu d'avance
Les combats non menés
.
Ils iront défiler
Tu n'en seras pas
Cloué au pilori
De tes vaines nécessités
Tu ajouteras un mot
A l'espoir passant sous tes fenêtres
.


31 mars 2016

© Xavier Lainé, avril 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire