dimanche 1 mai 2016

Etat chronique de poésie 2815





2815

Parfois
Cruellement absent
Pour le seul plaisir d'errer
Sous douce brise printanière

*

Il n'y a donc pas que Bruxelles ou Paris
Mais aussi Bagdad
.
Le silence assourdissant
Des joueurs de mentons autoritaires
N'y changera rien
.
Tant que leur monde ne sera capable
D'engendrer
Que haine
Mépris
Exploitation sans vergogne
Commerce sans état d'âme
Précarité pandémique
Misère endémique
.
Les commanditaires
De tous les crimes commis
Cotisent à la bourse
...
Du sang sur leurs mains
Ils demeurent impunis

*

Que pleurent donc les cieux
Que leurs yeux se ferment
Rendus aveugles
.
De partout monte la plainte
Le printemps n'y peut rien
Ni toi non plus d'ailleurs
Qui traverse le jour
Sur cette diagonale folle
.
Quelque chose ne va plus
Un homme sanglant
Regarde froidement passer
Le petit peuple du samedi
.
Ta ville s'adonne à son tour
Au vertige des terreurs
.


27 mars 2016

© Xavier Lainé, avril 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire