mercredi 27 avril 2016

Etat chronique de poésie 2812





2812

Voilà
Sur un plateau
Tout ce que vous voulez
.
Soumission et peur
Assaisonnent les heures
Vains replis
Des fois que

*

Sang ne sèchera jamais
Qui fut versé pour rien
Qui fut versé pour
Qui fut versé contre
.
A l'impiété du geste
Au discours écrit
A l'encre glauque
Des absurdités
.
J'oppose la calme distance
Le tranquille discernement

*

Parfois le calme n'est qu'un masque
Qui cache les tempêtes intérieures
.
Vilain paravent
Des troubles et vaines attentes

*

Au crépuscule des colères
Tu vas glanant entre les étoiles
Les messages subliminaux
Jetés comme bouteilles à la mer
.
En dedans souffle
Un grand vent de tempête
Tu ne sais où tes rêves
Trouveront mer calme
.
Tu effleures de tes mots
Les récifs acérés
Puisque désormais
Jamais ne sourient
Les ports
.
Tu accostes au quai du silence
.


24 Mars 2016

© Xavier Lainé, avril 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire