lundi 25 avril 2016

Etat chronique de poésie 2810





2810

Il me fallait veiller
Passer le jour
Compter les heures
Regarder dehors
Petit vent chassant nuées
Ouvrir les yeux
Sur le temps tel qu'il est
Les refermer
Voir tout au fond
D'autres rêves
D'autres désirs
Poursuivre le voyage
.
Le sentier est étroit
Qui passe
D'une saison l'autre
Dans les taillis
Où s'évanouissent
Les rêves

*

J'ai attendu en vain
Qu'aube répare
Les plaies d'un hiver sans
Sans qualité
Sans le frisson
Sans le feu en l'âtre
Pour tant qui demain
Trouveront encore
Porte close
.
J'ai patienté
A la frontière
Sous les barbelés
Une femme pleurait
Son pays perdu
Lorsque printemps
Fut étouffé
Sous voiles et crimes
.
Savez-vous
Même si je demeure
Invisible
En quels états d'âme
Vont mes mots
Déchirés
.


21 mars 2016

© Xavier Lainé, avril 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire