dimanche 24 avril 2016

Etat chronique de poésie 2809





2809

Ha
!
Si tu savais
!
Tu parlerais du printemps
Et des oiseaux en leurs fols amours
,
Tes poèmes trouveraient livres
Où dormir de leur juste sommeil
,
Une fois la jolie saison close
.
Or
,
Voilà que tu ne manges pas de ce pain là
Et aucun de tes écrits ne fera jamais salon

*

Tu écris pour rien
En fait
Juste parce que ne sais
Rien faire d'autre
.
Alors tu alignes
Mots et pages
En imprime chaque jour
La teneur inutile
Réunis les pages
En volumes par trimestres
.
L'aventure s'éternise
Dure ce que durent les mots
Le temps d'un souffle
Ou d'un soupir

*

Tu agites ton mouchoir
Sur le quai de nulle part
Ombre parmi d'autres
Tu sais si fragile
L'instant de vie
L'instinct de survie
.
Tu respires
A l'unisson des pleurs
D'un temps plus obscur
Chaque jour
.


19 mars 2016

© Xavier Lainé, mars 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire