lundi 18 avril 2016

Etat chronique de poésie 2804





2804

Si loin
Qu'il vous faudra décrypter le silence
Suivre la piste du mort
Vibrer à la douleur commune
.
Retenir tes larmes
Pour ne pas sombrer
Au naufrage courant

*

Toute une vie
A bâtir ta carapace
A rentrer dans ta cuirasse
Fuir tes blessures
.
Toute une vie
Faire jaillir ta peine
Sur les têtes éperdues
Qui d'amour en déception
Vont surveiller tes nuits
.
Toute une vie
Te perdre
D'alcool en alcool
Pour ne pas penser
Pour ne pas panser
La plaie d'exister
.
Jusqu'au bout tu luttes
Tu attires et rejettes
Jusqu'à ton dernier souffle

*

Vivre est tragédie
Tu navigues toujours
De naufrage en naufrage
.
La boite refermée
La foule compacte au dehors
Nuées grises envolées
Sous le vent froid du Nord
.
Un coin de vie s'infiltre
Malgré croyances mortifères
Demain en long ruban de bitume
Iront les vies incarnées
.


14 mars 2016

© Xavier Lainé, mars 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire