vendredi 15 avril 2016

Etat chronique de poésie 2802





2802

Une si longue route
Avec au bout une fin
Un début
.
Une si longue route
Silence en pointillé
Séparant les voies
.
Une si longue route
Sans savoir ni connaître
Juste pour partir
Epancher les colères
Jeter les vieilles rancoeurs
Au fond d'un trou
Et jeter de la terre
Pour expier
.
Une si longue route
Quittant les rives du soleil
Rejoindre les brumes
Où planent les souvenirs
D'une enfance perdue

*

Tu traces ton sillon
Peu à peu tu en suis les méandres
.
Qu'est vie sans son trépas
Tu connais l'échéance
.
Tu vis pourtant
Traverses hors des clous
.
Le mystère est parfait
Qui brode les souvenirs
.
En petites joies et vrais malheurs
S'en vont les rêves comme bulles
.
Chaque jour tu recommences
Charges la corbeille de mémoire
.
Qu'un petit vent passe
N'efface rien
.
Tu demeures dans l'instant
.


12 mars 2016

© Xavier Lainé, mars 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire