jeudi 14 avril 2016

Etat chronique de poésie 2801






2801

Tu t'en vas
Peine éperdue
Larmes roulant sur tes joues
Yeux rougis
.
Tu t'en vas
Tu sais certains voyages
Sans retour
.
Tu t'en vas
Un grand silence
Sur la nuit infinie
Astres scintillants
Sur nos désastres prévisibles
.
Tu t'en vas

*

Dans le silence de l'aube
Le cliquetis des touches
Accompagne les mots endeuillés
.
Là-bas pleure
Douce compagne
Le départ d'un père
Vers cet au-delà sans fond
.
Dans le silence de l'aube
Un cliquetis de touches
Voudrait savoir ouvrir
Les portes d'un paradis
A qui souffre et se plaint
A si longtemps souffert
S'est si longtemps plaint
.
Là-bas pleure
Douce compagne
Le départ d'un père
Vers l'au-delà profond
.
Nul ne revient du voyage
Nul ne peut se dire
Maître de son destin
Le voilà qui parfois sème
Farouches obstacles
Sur le chemin d'outre vie
.


11 mars 2016

© Xavier Lainé, mars 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire