dimanche 10 avril 2016

Etat chronique de poésie 2797









2797


De quel printemps parlons-nous ?
Celui qui se décline en noyés, en exclus, en miséreux ?

De quel printemps parlez-vous ?
De quelle poésie faut-il affubler, travestir, ce que nos yeux voient
Ce que nos coeurs pleurent ?

En quels printemps marchez-vous, Poètes ?
De quelles fleurs chantez-vous les louanges,
Sinon celles qui n'orneront pas les tombes maritimes,
Les fosses communes
Où finissent celles et ceux
Et parmi eux combien d'enfants
Fuyant ce que notre poétique confort
Fait exploser en bombes et mines
Là-bas
Où nos âmes saignent

Alors
De quel printemps oserons-nous encore parler
Sinon celui de honte bue
Comme cigüe
A longueurs d'ondes et d'impuissances

Je sonne le glas de toute poésie
A chaque enfant mort
A chaque femme violée
A chaque être nié
Sacrifié sur l'autel des cyniques

Je sonne le rappel d'une non poésie
De l'envers d'un décor
Planté comme banderille
En nos échines courbées

Je sonne l'hallali d'un monde
Qui va les yeux fermés
Célébrer poésie
Tandis que vie s'éteint
Sous le joug d'acier
Des corbeilles pleines d'oseille

Mes mots se feront pavés
Armes de subversion massive
A l'heure de mes écoeurements



7 mars 2016

© Xavier Lainé, mars 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire