mercredi 6 avril 2016

Etat chronique de poésie 2794





2794

Juste un moment en silence
Pour mieux contempler
Les stupides déroutes

*

Le jour s'écoule
Entre vents et nuées
Ne dit rien
.
Pourtant là-bas
Des hommes vont
Bouche cousue
.
D'autres pleurent
Sous la mitraille
Enfants exsangues
Sur bras épuisés

*

De quel poème
Pourrais-je
Affubler
Un tel jour
.
Honte
Honte toujours
Qui vient
Et me saisit
.
Jamais ne me quitte
Le sentiment coupable

*

Voudrais me taire
Puisque ceci écrit
Ne sera jamais pris
Pour digne poésie
.
Les poètes
Les vrais
Iront lire leurs mots
En leur printemps vide
Sur le champ de cadavres
Que le monde leur prête
.
J'irai de mon côté
Larmes aux yeux
.

3 mars 2016

© Xavier Lainé, mars 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire