dimanche 3 avril 2016

Etat chronique de poésie 2791





2791

La pluie tambourinait
Sur le parapluie aux mille couleurs
.
Avenues vides
Ciel bas
Tu allais d'un bon pas
En quête de ces petits riens
Qui font si belles images
Sur les sentiers d'aurore

*

Gris et colère
Petit cœur en berne
Que sais-tu de l'amour
Toi qui n'aime que ton image
.
Tu te regardes et te contemples
Au miroir de ton âme défaite
Tu te coiffes et te recoiffes
Comme si une mèche
Pouvait te donner vie
.
Mais rien n'existe
Hors le vide de ton cœur
Qui n'aime rien ni personne
Sinon ton ombre éphémère

*

J'ai déposé ma peine
Sur quelques gouttes de rosée
Essuyé les larmes
D'un ciel courroucé
.
J'ai goutté à la tendresse des nuées
Effleurant le sommet des collines
De leur duvet déchirant de douceur
.
D'un souffle j'ai chassé les idées sombres
Ouvert ma porte aux fragments d'avenir

*

Sais-tu lorsque nuit s'en vient
En quels rêves étranges et délicieux
Tu t'en vas confier ton destin
.
Entre deux clins d'yeux étoilés
Tu te laisses entraîner
Aux bras tendres d'une enfance retrouvée
.


28 février 2016

© Xavier Lainé, mars 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire