lundi 21 mars 2016

Etat chronique de poésie 2779





2779

Petit jour calme
Presque serein
Lumière de printemps
Affleure en l'aurore
.
Ouvrir les yeux dans la pénombre
S'émerveiller de ce réveil
Lent étirement au bord du lit
Dort encore l'enfant
Dort

*

Eveil sans cesse remis
Chaque jour emprunte le sentier
Etroit et tortueux
Qui te mène
D'aurore en crépuscule
.
T'assoir si peu
A contempler le temps
En son cours immuable

*

Tu empruntes le silence
Tentes de faire abstraction
Du bruit et des cris
.
Bombes ici
Bombes là
Jamais ne s'arrête ce déluge

*

Pourtant tu vas
Rêveur impénitent
Clamer haut et fort
Tes désirs d'insoumission
.
Rien ne vient
Sinon le retour sempiternel
A la marche cadencée
Sous les boucliers de la honte

*

D'un rêve tu dissipes
Les brumes intérieures
Petit froid se pose
Aux feuilles transies
Où les mots se bousculent
Foule hagarde
.


16 février 2016

© Xavier Lainé, février 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire