dimanche 20 mars 2016

Etat chronique de poésie 2778





2778

Lorsque baiser fut partagé
Ils allèrent d'un pas allègre
En quelque crique secrète
Découvrir leurs cœurs nus
.
Dans l'onde fraîche
Ils plongèrent avec allégresse
Laissant les vagues effleurer
Leurs peaux de braise

*

Au crépuscule
Sur le sable brûlant
Ils déposèrent leur amour
Jetant à la mer
Leurs rêves de fous désirs

*

Au loin tonnait l'orage
Bombes et cris traversaient
L'horizon en flamme
.
Tant de souffrances
Sur ces rives
Où ils effleurent
A douces lèvres
Le suc délicieux
.
Tant d'âme perdues
Au abysses
Enfants femmes et hommes
Reposant sur les algues

*

Une lumière s'éteint
A chaque âme défaite
Nul ne sait depuis quand
Ni jusqu'où iront
Les folies sanguinaires
.
Un mort en entraîne un autre
Le crime justifie le crime
Sans fin le sang coule
En la mer rouge de honte

*

Te voilà disparue
En la nuit des tendresses
Seul demeure le fracas
.


15 février 2016

© Xavier Lainé, février 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire