lundi 14 mars 2016

Etat chronique de poésie 2774





2774

Et puis j'attendrai dans l'ombre
Quelque chose qui ne viendra jamais
Car à trop attendre le temps passe
Et l'avenir trépasse
.
J'attendrai dans l'ombre
Pour ne point me laisser aveugler
Par tes lumières aveuglantes
Toi qui rayonne sans pudeur
.
Puis je reviendrai dans ton ombre
Ecrivant en secret lorsque nuit me lâche
Des mots qui tu ne prendras plus le temps
De lire du haut de tes indifférences
.
J'attendrai les occasions manquées
Je suivrai ton ombre étirée
Au crépuscule de mes rêves éteints
Qu'aucun mot jamais ne dira
.
Je fermerai les yeux ma promise
Lorsque d'un geste auguste
Tu laisseras glisser tes atours
Offrant tes attraits à mes yeux abusés
.
J'attendrai transi qu'une autre vie
S'en vienne qui sache être plus légère
Que celle écoulée en cette attente
Qui me laissa en cendre
.
Qui me laissa en cendre
A tes pieds mignons
Que vent dispersa sans état d'âme
Une fois les mots d'amour prononcés
.
Je fus en cette attente
Débordant d'un sentiment brûlant
Contenant avec peine la lave de mes désirs
Tandis que tu marchais sans un regard
.
Je t'ai attendue dans l'ombre
M'en suis retourné solitaire
Une fois vie éteinte
Comme lumière sur la page de nos oublis
Comme souvenir d'une vie à refaire
.


11 février 2016

© Xavier Lainé, février 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire