jeudi 10 mars 2016

Etat chronique de poésie 2771





2771

Alors j'irai seul
Un temps pleureur
Sur mes épaules épuisées
.
J'irai seul
Par les routes détrempées
Noyant mon silence
.
J'irai seul
Les nuées pour compagnes
Sans témoin
.
J'irai seul
Et le jour s'épuisera
De ce gris permanent
Dont ses parent les jours
A l'infini des impuissances

*

Le jour passe
La page attend
Rien ne vient
.
Les mots s'en vont
En rang serré
Fuyant toute perspective
D'être encore de ce monde
.
Tu te tais
Puisque ce que tu disais hier
N'avait au fond
Aucune importance
.
Tu hésites un instant
A poursuivre ce sentier
Qui de poème en poème
Te mène au bout de l'absurde
.
Rien en te tient
Rien ne s'ouvre
Sous les pas de tes ouvrages
.
Tout est vain
Tout est vanité
.
Dès lors te taire
.


7-8 février 2016

© Xavier Lainé, février 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire