mercredi 9 mars 2016

Etat chronique de poésie 2770





2770

C'était un six février
Il faisait tant de musique
Qu'il en oublia ses pages
Ses mots
Sertis entre deux notes
Volaient en sa demeure
Le piano hurlait
Il cherchait en lui-même
La tessiture profonde
La résonance juste
Puis repartait
Les yeux cernés
Sur le chemin familial
Autour de la table familière
Ne restait pas grand chose
Une fois la partition éphémère usée

*

C'était un six février
Il ignorait tout de l'histoire
Des émeutes
Du pain absent
A la table du dimanche
.
Il se penchait
Comme chaque jour
Sur le berceau vide
De ses enfants partis
.
Il meublait le silence
De ses profonds soupirs

*

Ici un six février
Le ciel se fit sombre
Pour border ses pensées
Chancelantes d'avoir trop macéré
Entre deux oreilles bourdonnantes
.
Le crépuscule venu
Il ne restait de ce jour
Que souvenir ondulant
Au rythme des partitions jetées
Sur le sol ému
.
C'était un six février
Tellement banal
.


6 février 2016

© Xavier Lainé, février 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire