mardi 1 mars 2016

Etat chronique de poésie 2764





2764

Ô mère
Que diable allais-je faire
Jusqu'à oublier
Tenu en cette distance
Où devoir s'impose
Sans aucune relâche
.
Ingrat
Sais-tu
D'aller en cette prison
Par ma seule volonté
Serai demain coupable
Aux yeux de tous
De ne savoir me libérer
Du joug odieux
Posé pour la survie

*

Il n'y a pas d'oubli
Juste une grande lassitude
Tu oscilles chaque jour
Sur le fil de vivre
.
Parfois tu penches
Dangereusement
Tu distingues l'abîme
Sous tes pieds qui hésitent
Aimerais parfois
Choir de l'autre côté
Des fois que
.
Mais non
Toujours quelque chose
Te retient ici bas

*

Tu rêves pour un soir
Te laisser tomber
Entre bras avenants
Découvrir lèvres fraîches
Où abreuver ta soif
.
En mille tendresses
S'ouvre ton crépuscule
Instant suspendu
Au fou baiser
A l'intensité du désir
.


29 janvier 2016

© Xavier Lainé, février 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire