lundi 29 février 2016

Etat chronique de poésie 2763





2763

Tant roué que plus une parcelle
Ne soit irritée d'être
.
Cerveau dans les brumes
Ouvre la porte de l'aube tardive
.
Il n'est plus rien à sauver
Une fois bruits et fureurs
Plantés entre deux oreilles

*

M'en vais cependant
Glaner ici et là
Au hasard des pages lues
Quelque raison de semer
Mes mots matinaux
Plantés entre pensées défaites
.
Il me faudrait suspendre
Mettre une parenthèse
Sur la nécessité d'écrire
.
Il me faudrait apprendre
A mettre de l'ordre
En ce fatras sans issue
.
Chaque jour qui passe
Epuisé ou pas
Ne sait qu'aligner
Sur la page vaine
Le long cortège

*

Gueux parmi les gueux
Parfois vibrant de colère sourde
Voudrais savoir énoncer
Les paroles à jamais tenues
.
Il n'est d'heure ni jour
Qui ne laisse les doigts engourdis
Sur le seuil des rêves éphémères
.
Gueux parmi les gueux
Tu quittes les zones de turbulences
Où s'épanchent en leur fiel
Les âmes damnées du siècle
Puis t'en retournes soupirant
.


28 janvier 2016

© Xavier Lainé, février 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire