lundi 22 février 2016

Etat chronique de poésie 2758





2758

En l'incertitude
Tu vas vers les cimes
T'arrêtes un instant
Devant l'immensité
Croisant le ciel
Et sa beauté diaphane

*

Du lointain où s'ouvrent tes yeux
Marche
Marche donc
.
Ouvre la perspective des rêves
En la douce flamme du soir

*

C'est ardent que tu te pends
Aux ultimes nouvelles du vent
.
Bouche ouverte sur les étoiles
Tu chuchotes un nom
.
Tes mains délacent
A l'horizon infini
L'ultime corsage
D'un jour fade

*

Tapi dans l'ombre tu attends
Cette âme qui te possède
Depuis si longtemps
.
Elle veille sur tes sommeils
Parfois s'assoupit tendrement
Sur ton épaule épuisée
.
A lèvres ardentes
Elle vient boire
Les douces pensées retenues
.
En cette ivresse
Elle te délivre
Du poison lentement bu
.
Une onde de liberté
Court le long de ton échine
En tendre frisson éperdu
Il est l'heure de refermer les bras
.


22 janvier 2016

© Xavier Lainé, février 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire